Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue !



Bienvenue sur le site du club des anciens CQP !

Pour vous accompagner toujours plus loin dans votre vie professionnelle, nous avons décidé de créer un site à votre attention. Vous y trouverez  toute l'actualité des anciens mais aussi des conseils et des opportunités de carrière. N'hésitez pas à réagir à nos articles ! Bonne visite.

Recherche

28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 15:02

Centre VilleBusiness plan, étude de marché, fonds de commerce, statut juridique … Toutes ces expressions sont familières pour un opticien qui a un projet d’ouverture magasin en tête. Mais avez-vous déjà entendu parler de droit de préemption ou encore des managers de centre ville ? Non ? Pourtant ils peuvent avoir un impact important sur votre projet d’implantation en centre ville. Le Club des Anciens CQP vous explique tout.

 

 

 

Depuis 4 ans, une nouvelle tendance

Le droit de préemption des mairies

Depuis 2007 et le décret du 28 décembre qui modifie le Code de l’Urbanisme, les élus des communes ont un pourvoir accru pour gérer les commerces de leurs villes, en particulier dans les centres ville. En effet, ce décret donne un droit de préemption au profit des communes sur les cessions de fonds de commerce, de fonds artisanaux et de baux commerciaux. Concrètement, ce décret donne le droit aux pouvoirs publics de choisir quelles activités commerciales ils souhaitent voir s’implanter en centre ville et de casser certains baux.

Les managers de centre ville

Pour faire ces choix et gérer au mieux l’implantation des commerces, les communes embauchent des managers de centre ville. Leur objectif est de rendre les centres villes les plus attractifs possibles. Pourquoi ? Tout simplement afin d’attirer des clients - qui deviendront des futurs résidents payants des impôts - et des enseignes de forte notoriété pour obtenir un effet boule de neige. Pour cela, ils deviennent de plus en plus exigeants dans les activités commerçantes choisies afin d’obtenir une certaine diversité.

Quel impact sur l’optique ?

En ce qui concerne les magasins d’optique, le constat est simple. Face à un nombre  de points de vente qui augmente sans cesse depuis 10 ans, ils n’ont pas la cote dans les centres villes car ils ne correspondent pas au critère de diversité et de variété évoqué plus haut. De nombreux managers ou et pouvoirs publics ont donc tendance à les éliminer directement lors du choix des activités car ils estiment les centres villes saturés.

Comment les séduire ?

Face à cette contrainte non négligeable, vous allez devoir construire un argumentaire solide pour séduire les managers de centre ville, où tout simplement, quand ils n’existent pas, les pouvoirs publics.

L’impact positif d’une enseigne nationale

On l’a bien compris les villes souhaitent avoir un centre ville le plus attractif possible pour attirer les clients et les futurs résidents. Si vous adhérez à une enseigne, jouez la carte de la communication qui apporte notoriété et par conséquent un trafic plus élevé. Pour le justifier, vous pouvez facilement mettre en avant que le chiffre d’affaire moyen d’un magasin d’optique est plus élevé sous enseigne qu’en étant indépendant (source Hors Série Bien Vu- L’observatoire de l’optique – janvier 2011) et cela implique forcément un nombre de clients plus élevés. Selon votre positionnement et le type de clientèle visée, vous pouvez également mettre en avant le pouvoir d’achat élevé de vos clients.

Présence d’un professionnel de santé

Pour obtenir un emplacement, il faut faire la différence avec les autres commerces et les autres enseignes. En tant qu’opticien, vous avez l’avantage d’avoir une réelle valeur ajoutée. Vous pouvez apporter beaucoup plus à une ville qu’une enseigne de vêtements ou de chaussures. En effet, vous êtes un professionnel de santé, vendez vous comme tel ! Les clients considèrent les lunettes comme un produit esthétique mais avant tout comme un produit de santé qui doit être de qualité. Ils sont donc prêts à se déplacer et à faire quelques kilomètres pour trouver un bon opticien. Votre profession peut donc être vendue facilement surtout si vous adoptez ce positionnement. De plus, lors de votre réflexion sur votre projet, vous avez dû étudier l’implantation des ophtalmologistes. Si vous êtes dans une région où il y a une pénurie et qu’il faut attendre 6 mois pour avoir un rendez-vous, vous pouvez mettre en avant votre complémentarité avec ces derniers en ce qui concerne les examens de vue ou les adaptations lentilles. Bien entendu, vous devez vérifier au préalable que les ophtalmos vous donnent leurs accords pour les pratiquer.

 

Même s’il est plus difficile de s’implanter dans certains centres villes, on peut donc considérer que les opportunités existent encore. Pour les saisir il faut avoir un projet bien construit et un argumentaire solide à présenter aux pouvoirs publics. 

ASLB 

Partager cet article
Repost0

commentaires