Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue !



Bienvenue sur le site du club des anciens CQP !

Pour vous accompagner toujours plus loin dans votre vie professionnelle, nous avons décidé de créer un site à votre attention. Vous y trouverez  toute l'actualité des anciens mais aussi des conseils et des opportunités de carrière. N'hésitez pas à réagir à nos articles ! Bonne visite.

Recherche

10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 10:39

photo

 

 

Un double CQP, commerce et technique, un à Lyon, un à Fougères, qui pourrait mieux parler du CQP qu’Adrien Vanuxeem ? C’est chose faite ce mois-ci avec son témoignage sur le blog des Anciens CQP. 

Que deviens tu depuis votre double CQP ?

Après mon CQP, j’ai voulu trouver un poste de commercial du côté de la Savoie mais je suis tombé pile au moment de la crise et ça ne m’a pas aidé. Après quelques expériences qui ne me convenaient pas je suis donc remonté sur Rennes, où je suis opticien collaborateur chez Krys depuis 2 ans. Mon poste me plaît notamment car la structure du magasin me convient. Le magasin est plus grand, il y a plus de passage et une équipe plus importante que dans mes précédentes expériences. En plus, le magasin est ouvert depuis seulement trois ans ce qui me permet de consacrer beaucoup de temps au contact client pour créer un lien et  développer l’aspect de fidélisation.

Mais je viens bientôt changer puisque j’ai un projet d’ouverture de magasin, courant du mois de septembre, toujours sur la région de Rennes. Ça va me permettre de mettre en œuvre la polyvalence du métier que j’apprécie particulièrement et de vraiment tout faire.

Est-ce que Sup d’Optic t’a aidé dans ta carrière professionnelle ?

Oui Sup d’Optic m’a clairement aidé dans ma carrière. Mon double diplôme m’a rendu plus confiant et surtout plus crédible vis-à-vis de mes employeurs et des clients. Si mes cours du CQP technique me servent moins, je me replonge activement dans ceux du CQP Commerce depuis que mon projet d’ouverture prend forme. Je les mets régulièrement en pratique. Un exemple simple, quand je suis allé présenter mon business plan à la banque, j’ai utilisé mes cours de CQP et me sentait rassuré. Et puis, les connaissances acquises sont tout sauf théoriques, ce qui est très important.

Et puis le poste que j’occupe à Rennes, je l’ai un peu trouvé grâce à Sup d’Optic. C’est un ancien CQP qui m’a prévenu qu’il démissionnait et que le poste se libérait. Comme quoi les contacts, ça sert toujours.    

Et tes promos ? Tu en as quel souvenir ?

Très bonnes promos. C’était très sympa et surtout très constructif. La semaine de cours me permettait de me faire de rencontrer des gens, de sortir alors que je connaissais personne venant de Lille. Et puis comme chacun était dans un environnement professionnel différent, on échangeait pas mal ce qui m’a permis d’élargir mon expérience.   

Et tu vois encore des gens de tes différentes promos ?

J’ai surtout gardé contact avec ceux de Fougères depuis que je suis revenu dans la région. Et puis Aurélie (ndlr : également ancienne CQP technique à Fougères en 2007), avec qui je suis en couple, vient aussi de la région et qui est pas mal restée en contact avec les anciens. D’ailleurs, cette année, je compte bien venir à la soirée CQP cette année revoir ceux que j’ai perdus de vue.   

Nous allons passer à la rubrique « ton avis d’expert »

Ton conseil à un débutant « être volontaire, essayer, être dynamique »

Ton secret pour réussir « sourire et être soi même »

Le meilleur conseil qu’on t'ait donné en optique « positiver »

Ta plus grande réussite « ou plutôt ma future réussite, mon futur magasin »

Une anecdote qui t'a marqué  « La visite d’un joueur de foot du stade rennais. Il vient une première fois et je lui demande de payer un euro de reste à charge ce qui le laisse assez perplexe. Il revient faire une deuxième paire de lunettes six mois après, là il ne devait rien mais a insisté pour payer 1 €. Il pensait que ça marchait comme ça à chaque fois ! »

Ton avis sur un sujet d’actu, l’article 22 du code de la mutualité qui est en train d’être voté à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Il s’agit d’un article légalisant la pratique des réseaux fermés pour les mutuelles : « Comme beaucoup, je pense que les réseaux fermés ne sont pas un bien pour notre métier. Cela profite aux grands acteurs de la profession qui peuvent casser les prix et tuent les plus petits qui peuvent juste se différencier par le service client. Malheureusement, je crois qu’on ne peut rien y faire et qu’il est difficile de se mobiliser contre l’adoption de cet article 22. C’est aux syndicats de la profession d’agir et de nous défendre, malheureusement je trouve qu’ils ne le font pas assez. A mon avis on va arriver à une situation aberrante où les magasins d’optique seront des magasins affiliés à une mutuelle»

Et dans 10 ans, tu seras où, dans ton futur magasin je suppose ?

Pas forcément ! J’aurais peut être eu d’autres opportunités professionnelles à saisir, qui sait ?

 

ASLB

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC - dans Que sont-ils devenus
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 09:55

shutterstock 77335315[1]-copie-1Pour avoir un magasin qui marche, tout bon manager sait qu’il doit avoir une équipe performante et donc des collaborateurs ayant les compétences nécessaires. Mais est-ce  suffisant ? Et bien non ! Il faut aussi avoir des collaborateurs impliqués, car un collaborateur impliqué est un collaborateur qui s’investira dans son travail et qui donnera le meilleur de lui même. Facile à dire… Mais comment faire pour motiver ses collaborateurs ? Pas simple de trouver la réponse surtout quand on est jeune manager ! Heureusement le Club des Anciens CQP est là pour vous aider.

Le premier principe à retenir est que la motivation des collaborateurs ne vient pas uniquement de sa rémunération. L’implication et la motivation passent aussi par l’épanouissement professionnel auquel l’employeur et à fortiori le manager contribue directement, surtout dans les très petites structures.  Il faut donc mettre en place d’autres leviers qu’une rémunération élevée et ce dès l’embauche. Voici quatre leviers qu’il est possible d’utiliser facilement en magasin.

1. Communiquer 

La communication un élément essentiel de l’implication d’une équipe car il est primordial pour un collaborateur de savoir où il va. L’incertitude est un vecteur de stress, d’inquiétude et donc logiquement de démotivation. C’est pourquoi, il faut informer et faire preuve de transparence. N’hésitez pas à clarifier régulièrement la direction prise sur long terme ainsi que les priorités et défis actuels. Le but est de fournir des explications détaillées pour offrir une vision claire de votre stratégie. Soyez toujours constructifs dans votre discours. Pour formaliser cette communication, vous pouvez instaurer des réunions ou points réguliers une fois par mois.

Prenons un exemple. Vous venez d’apprendre qu’un concurrent va s’installer dans la même rue que vous. Au lieu de laisser les rumeurs aller bon train, n’hésitez pas à tenir une réunion ou même à faire un simple point si vous n’avez qu’un collaborateur. Transmettez les informations que vous avez sur la situation, donnez les premières ébauches de la stratégie que vous allez mettre en place et laissez vos collaborateurs s’exprimez sur leurs éventuelles craintes.

2. Fixer des objectifs

Fixer des objectifs est un acte important de management car là encore, il donne une direction à vos collaborateurs mais surtout car il les stimule et les tire vers le haut. Vos collaborateurs s’investiront d’avantage car atteindre un objectif équivaut pour beaucoup à un challenge et donc à une réussite personnelle. Vous pouvez également fixer des objectifs collectifs qui permettent de créer une cohésion et une ambiance de travail positive où chacun est stimulé par l’autre. Pour être efficace, un objectif doit être compris par votre collaborateur et doit notamment être précis, faire référence à des indicateurs chiffrés sur une période donnée et être réalisable. Il peut par exemple s’agir d’augmenter le taux de transformation de devis de X% de Nicolas avant août 2011. 

3. Responsabiliser

Responsabiliser les salariés équivaut à leur accorder votre confiance. Ils se sentiront alors plus concernés par leur travail et la réussite du magasin. Ils se sentiront parties prenantes de cette réussite et en retireront une plus grande satisfaction. Pour responsabiliser vos collaborateurs, vous pouvez mettre en place deux choses :

·         Une organisation claire où chacun a un périmètre d’action défini dont il a la responsabilité, tout en ayant un certain degré d’autonomie et de prise de décision.

·         Un management participatif où vous poussez vos collaborateurs à s’exprimer, lors de ses fameuses réunions mensuelles par exemple, pour prendre en compte leurs idées ou encore échanger avec eux sur les problèmes rencontrés et trouver des solutions adaptées. 

4. Développer les compétences

Les perspectives d’évolution ou de changement sont très souvent source de motivation pour les collaborateurs. En effet, cela leur permet de ne pas avoir un travail routinier, de s’enrichir personnellement et professionnellement, et de développer un nouvel intérêt pour leur travail… Ces perspectives d’évolution passent souvent par un développement des compétences car elles nécessitent d’utiliser et d’appliquer de nouvelles choses. Il faut donc former vos salariés ou tout du moins leur apprendre de nouvelles tâches et missions. Et attention, évoluer ne veut pas forcément dire les faire changer de poste complètement alors que la structure du magasin ne le permet pas. Cela peut passer par de nombreuses choses. Vous pouvez augmenter leur périmètre ou leurs responsabilités (devenir responsable de l’atelier ou de la gestion des stocks) ou leur donner un projet spécifique sur une période donnée (mettre en place une activité d’examen de vue dans le magasin).

 

Pour terminer, vous ne devez jamais oublier que pour manager et motiver une équipe il faut tenir compte des spécificités de chaque collaborateur. Chacun réagira différemment aux leviers d’implication évoqués. Alors que pour Charlotte, donner son avis sera primordial pour Bernard, il sera plus important d’avoir un projet à mettre en œuvre. Cela dépend de la personnalité de chacun, de son parcours ou encore de son âge. Attention, cela ne veut dire faire du cas par cas mais fixer un cadre général qu’on ajustera à chacun !

 

ASLB

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC - dans Management
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 09:55

Image1-copie-3Comme Adrien Vanuxeem qui témoigne ce mois-ci, exprimez-vous sur notre profession !

L’article 22 du Code de la Mutualité est entrain d’être modifié à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Il s’agit d’un article autorisant la pratique des réseaux fermés pour les mutuelles alors que celle-ci n’est, jusqu’à aujourd’hui pas légale. Notamment il n’est pas permis de rembourser moins pour un niveau de cotisation égale.   Pensez vous que :

 

  1. Les opticiens peuvent encore agir contre cet article en se mobilisant individuellement et en alertant les pouvoirs publics  
  2. C’est aux différents syndicats de la profession d’agir mais il est un peu tard pour monter au créneau
  3. Nous n’avons plus le choix, la pratique des réseaux fermés est inévitable. Il faut l’accepter ou trouver des stratégies pour la contourner

Pour répondre indiquez le numéro de l’item en cliquant sur commentaires et surtout expliquez nous votre choix !

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC - dans Votre avis d'expert
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 00:00

FB

 

Une nouveauté ce mois-ci : rejoignez nous sur Facebook (page au nom d'Anne-Sophie Sup d'Optic) ! Vous y retrouverez tous les articles du blog et surtout les invitations aux événements du Club des Anciens CQP.

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 14:00

Rachat d'une bonne affaireFace aux mutations du marché de l’optique (saturation du nombre de points de vente, nombreux départs en retraite…) les experts du secteur s’accordent à dire qu’en cas de projets d’ouverture, les opportunités se situent plus du côté des rachats de magasin que de la création. Mais comment savoir si ce magasin que vous souhaitez racheter a un fort potentiel et s’il s’agit d’une « bonne affaire » ? Voici les trois étapes à suivre pour le savoir.

 

Etudier le positionnement commercial 

Lorsque vous souhaitez racheter un magasin, vous devez vous dire que si vous effectuez cet achat c’est pour la vie. Oui, c’est un peu cliché mais cet élément est important car cela signifie que vous devez vous sentir à l’aise et en phase avec l’environnement commercial. Vous devez  apprécier la ville et le type de population y résidant. De plus, vous devez être en adéquation avec le potentiel de la zone en termes de stratégie commerciale. Si le magasin actuel pratique une politique basée sur les bas prix et que vous avez toujours voulu orienter votre magasin sur le haut de gamme voire le luxe, demandez vous si cela est possible dans cette ville. Si cette question sera approfondie dans les deux étapes suivantes vous pouvez l’apprécier de manière intuitive selon, par exemple, le standing de la ville et du quartier, les commerçants alentours, les infrastructures…

 

Analyser le potentiel du magasin

Une fois l’environnement commercial analysé et apprécié, vous devez étudier le potentiel du magasin que vous envisagez de racheter. Il s’agit d’étudier l’environnement économique du magasin en réalisant une étude de marché complète. Cette étude doit vous permettre de déterminer votre zone de chalandise puis de regrouper un ensemble des données démographiques et économiques liées à localisation du magasin. Cet ensemble de données vous permettra d’évaluer le potentiel de la zone de chalandise. Pouvoir d’achat, revenu, taux de chômage et croissance de la population, nombres et caractéristiques des concurrents, présence d’entreprises ou de grandes enseignes de distribution,  implantation des cabinets d’ophtalmologies, projets immobiliers…. Tous ces éléments doivent être pris en compte. Pour les collecter plusieurs sources sont à votre disposition : institutions publiques telles que la Chambre de Commerce et d’Industrie, la préfecture, la mairie et tout simplement internet ainsi que les commerçants du quartier.  Cette étape vous permettra de savoir si la situation économique environnante est stable et par conséquent si la pérennité du magasin est réelle, voire même s’il existe des opportunités de croissance et de développement futur.

 

Comparer le bilan comptable

Une fois les deux premières étapes, réalisées vous devez demander au vendeur le bilan comptable du magasin. Ce bilan vous permettra de faire une étude comparative avec le marché de l’optique en général et de connaître la viabilité financière du magasin. Votre étude doit porter sur des indicateurs clés telle que la marge brute, la part de la masse salariale dans le chiffre d’affaires ou encore le résultat net. Pour trouver ces indicateurs, la meilleure source reste le Hors Série Bien Vu « L’observatoire de l’optique » qui paraît à chaque mois de janvier. Si vous souhaitez adhérer à une enseigne, vous pouvez également demander à vos interlocuteurs ce genre d’informations. Une fois l’analyse comparative effectuée vous devez déterminer les causes des écarts significatifs (s’il y en a) et ce que les écarts soient positifs ou négatifs.  S’ils sont négatifs vous devez commencer à envisager les actions correctrices à mettre en œuvre pour redresser ces indicateurs. Bien sûr, vous n’avez pas toutes les clés en mains pour le faire. Il s’agit d’une première approche. Par exemple, la masse salariale d’un magasin d’optique ne doit pas, en règle générale, dépasser 25% du chiffre d’affaires HT. Si celle du point de vente est plus élevée vous devrez déterminer pourquoi et éventuellement envisager de vous séparer d’un de vos futurs collaborateurs. A contrario si les indicateurs sont meilleurs que ceux du marché, vous devez  avoir une idée de la stratégie que vous allez mettre en place pour les conserver à ce niveau. Prenons à nouveau un exemple. Le chiffre d’affaires du point de vente est très élevé par rapport à la moyenne du marché, à la taille du magasin et à sa structure. Ce chiffre d’affaire élevé peut être dû à l’adhésion de l’opticien à des réseaux fermés des mutuelles. Or comme les agréments ne sont pas cessibles, vous devez vous demander s’il est possible de conserver ce niveau de CA sans cet  élément clé.

Une fois ces trois étapes réalisées, elles vous permettront de déterminer une valeur d’achat du point de vente. En effet, si l’environnement commercial, celui économique et les indicateurs sont au beau fixe, la valeur d’achat sera forcément majorée.  Une fois cette valeur d’achat  déterminée vous devez la comparer au prix de vente réclamé par le cédant. Grâce à cette comparaison vous pourrez déterminer si l’achat du point de vente est une « bonne affaire » et donc prendre votre décision en toute sérénité.

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC - dans Projets d'ouverture
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 13:58

Ce mois-ci nous retrouvons Vincent Berthelot, ancien CQP à Fougères en 2000, qui nous annonce une bonne nouvelle pour sa carrière professionnelle.

Alors quelle est cette bonne nouvelle pour votre carrière ?

Et bien je vais racheter d’ici peu le magasin dans lequel je travaille depuis 10 ans. Juste après mon CQP – qui à l’époque était à la fois commerce et technique – je suis descendu dans le sud pour créer un corner optique, sous l’enseigne Atol, dans une pharmacie à Font Romeu. J’y ai appris mon métier et à en apprécier tous les aspects : à la fois le contact avec le client et le côté manuel.

Que vous a apporté Sup d’Optic dans votre carrière et dans votre métier ?

Pour cette année supplémentaire a été particulièrement bénéfique grâce à son approche terrain. Les intervenants étaient pour la plupart des professionnels dans les matières techniques comme l’adaptation lentilles. Cela m’a permis d’être en contact direct avec le métier contrairement au BTS qui reste très théorique et scolaire.

En plus, j’ai eu la chance de faire les deux CQP en un an et, comme ce sont des formations complémentaires, j’ai vraiment appris des choses dont je me sers tous les jours dans mon métier. J’ai encore en tête les interventions d’Eric Plat, notamment en adaptation lentilles et en vente.

Et votre promo ? Malgré toutes ces années voyez-vous encore ?

Malheureusement non, on s’est perdu de vue. Pourtant c’était vraiment une bonne promo, on était très peu nombreux et se retrouver une fois par mois dans une ambiance purement étudiante était vraiment sympa.  Mais avec le temps et la distance… La dernière fois j’ai lu, sur le blog, le témoignage de Grégory Reynolds qui était dans la même promo que moi. Je me suis dit qu’il fallait que je reprenne contact avec lui et avec les autres. Et puis, il faut que je revienne à la soirée des Anciens CQP qui a lieu tous les ans au moment du SILMO. J’y suis allé une ou deux fois et j’avais beaucoup aimé.  

Nous allons passer à la rubrique « votre avis d’expert »

Votre conseil à un débutant : « s’investir un maximum »

Votre secret pour réussir : « avoir envie de satisfaire les clients »

Le meilleur conseil qu’on vous ai donné en optique : « rester humble »

Votre plus grande réussite : « facile, le rachat du magasin »

Votre avis sur un sujet d’actu, le développement de la filière audio par les grandes enseignes de l’optique : « je pense que ces deux activités sont complémentaires. Il s’agit de deux métiers du domaine de la santé qui allie à la fois l’aspect technique et commercial. De plus, la cible peut être similaire. Si un opticien se lance dans cette activité, cela peut lui permettre de faire face à une diminution de son chiffre d’affaires dans un marché de plus en plus difficile. Si c’était à refaire, j’aurais sûrement fait une formation d’audioprothésiste en plus de mon CQP. Alors c’est sûr que pour moi c’est une bonne idée de se lancer dans cette activité et je comprends tout à fait le choix des grandes enseignes de se lancer dans un marché qui est loin d’être saturé.»

Et dans 10 ans, vous serez où ?

Dans mon deuxième magasin !   

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC - dans Que sont-ils devenus
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 13:51

Comme l’ancien CQP qui témoigne ce mois-ci, prenez la parole !

Image1-copie-3

 

De nombreuses enseignes d’optique développe leur activité d’audioprothésiste, pensez vous que cette nouvelle tendance :  

  • Est une erreur car le métier d’audioprothésiste n’est pas compatible avec le métier d’opticien
  • Est la bonne réponse pour trouver une nouvelle source de croissance face à une stagnation du marché de l’optique
  • Doit être développée avec précaution car même si la cible est potentiellement la même, les deux marchés sont très différents

Pour répondre indiquez le numéro de l’item en cliquant sur commentaires et surtout expliquez nous votre choix !

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC - dans Votre avis d'expert
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 13:38

Venez disputer à Rennes une partie de bowling

anciens CQP contre nouvelle promo.

Nous vous attendons à 20h30, le 30 mai 2011

 au Bowling de Rennes, 2 rue de Bosphore.

 Bowling

En ce mois de mai, c’est au tour des anciens CQP Bretons de se remémorer le bon vieux temps où vous faisiez d’innombrables parties de Bowling au Strike Club de Fougères durant les longues soirées d’hiver.

Vous pourrez en profiter pour coacher les petits nouveaux. Et oui les oraux approchent à grand pas ! Tous vos conseils seront les bienvenus.

La soirée sera animée par Marie Laure De Blic, Responsable Pédagogique des CQP Sup d'Optic.

Merci de  confirmer votre présence à Anne-Sophie Le Blay, par mail as.leblay@opticiens-atol.com ou par téléphone au 01 46 11 48 62.

 Prix de la partie : 6,70 € (location de chaussures incluses)

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC - dans Evénements
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 13:14

 

 

 

CV efficace

Il vous est déjà arrivé d’envoyer plusieurs CV sans obtenir de réponse. Peut-être que votre CV n’est pas aussi bien que vous le pensez. Même si vous n’êtes pas en recherche d’emploi, il est toujours bon d’avoir un CV à jour et efficace. (On ne sait jamais !). Un CV efficace est un CV qui allie un fond et une forme irréprochables et qui met en valeur vos atouts par rapport aux autres candidats. Le tout étant de se démarquer, notamment grâce à votre CQP, pour obtenir facilement un entretien. Voici quelques conseils pour avoir un CV efficace.



Règle numéro 1 : Soigner la forme

En CQP commerce, on vous a appris à mieux présenter le produit pour mieux vendre, lors de la rédaction d’un CV, c’est pareil ! Il s’agit de vous vendre en tant que futur collaborateur, vous devez donc avoir une présentation irréprochable grâce à votre CV. En effet, celle-ci n’est pas anodine sa mise en forme reflète votre caractère.

 

Un employeur avisé saura y reconnaitre les traits de votre personnalité en lien avec le poste d’opticien ou de responsable qu’il propose. Une forme claire, peu colorée et sans fioriture mettra en avant un caractère soigné. Un CV avec une mise en forme structurée montrera votre organisation et votre souci du détail. Enfin, pensez à bien corriger les fautes d’orthographe car cela ne pardonne pas ! Un CV truffé de fautes montre clairement votre manque de sérieux et de rigueur.

 

 

Règle numéro 2 : Tout miser sur votre expérience

La forme de votre CV ne fait pas tout. S’il est bien présenté mais que vos qualités professionnelles ne sont pas mises en valeur, votre CV n’aura pas non plus l’impact souhaité. Ne négligez donc pas le fond et la manière dont sont présentées vos expériences professionnelles.

 

Vous devez détailler au maximum vos expériences professionnelles significatives. Il n’est pas suffisant de mentionnez seulement le poste occupé comme « opticien collaborateur » ou « responsable de magasin ». En tant qu’opticien, avez-vous fait des examens de vue, de la gestion des stocks ? En tant que responsable, avez-vous managé une équipe ? Vous l’aurez compris, il faut détailler vos principales activités pour chacun de vos postes. Attention, il n’est pas nécessaire de le faire pour des expériences non significatives qui n’ont pas de plus-value. Evitez le remplissage inutile car cela pourrait détourner l’attention du recruteur sur les informations clés que sont vos compétences. Par exemple, si vous avez été  ramasseur de pommes de terre ou si avez fait la plonge dans un restaurant pendant vos vacances, ce n’est pas la peine de détailler ces jobs d’été sur trois lignes.

 

Attention également à la rubrique « centres d’intérêts » qui est indispensable mais à condition de ne pas y mettre une multitude d’activités extra professionnelles. Cela pourrait vous décrire comme quelqu’un d’éparpillé et, là encore, détourner l’attention du recruteur. Toutefois, si vous avez pu vous renseigner un peu sur votre futur patron, partager une de ses passions pourrait alors être un réel atout pour votre candidature.

 

Règle numéro 3 : Jouer la carte du CQP

Vous avez suivi une formation qui vous différencie des autres candidats, mettez la un maximum en valeur sur votre CV. Il s’agit d’un atout non négligeable à valoriser. Vous devez le faire figurer en bonne place dans la rubrique formation et mettez le en gras pour que le futur employeur le repère facilement. N’hésitez pas à écrire en toutes lettes « CQP responsable d’un magasin technique ou commercial » et de détailler les matières étudiées. Certains employeurs connaissent peu le CQP, une petite piqûre de rappel peut être utile. Mettre en valeur les connaissances supplémentaires acquises en CQP permet de rappeler au futur employeur votre potentiel et votre capacité à occuper des postes à responsabilités  et ce même si vous n’avez pas forcément beaucoup d’expérience. Surtout si ces connaissances ont un rapport direct avec des missions mentionnées dans l’annonce. Par exemple, si l’annonce spécifie que le futur collaborateur devra gérer les stocks et que vous avez fait un CQP  commerce, mentionnez vos cours de négociation et politique d’achat et d’offre. Vous pouvez également mentionner votre CQP dans le titre de votre CV sous la forme suivante « opticien diplômé du CQP commerce ».

 

Vous l’avez compris, tout comme la lettre de motivation, le CV est un élément primordial d’une bonne candidature. Il doit s’accorder à votre personnalité et montrer presque du premier coup d’œil que vous avez le profil idéal pour le poste auquel vous prétendez. Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous devez également rédiger et envoyer une lettre de motivation qui vous différencie des autres candidats. Pour cela n’hésitez pas à consulter notre article du mois de Janvier : Lettre de motivation, est-elle vraiment nécessaire ?

 

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC - dans Recrutement
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 14:11

Le Club des Anciens CQP vous propose une offre d’emploi en exclusivité pour le réseau Atol :

 

Les Opticiens Atol de Paris recherchent un opticien diplômé (H/F) pour rejoindre leur équipe.

 

Pour ce magasin d’exception situé en plein cœur du célèbre quartier de Saint Germain,

nous recherchons un (e) opticien (ne) d’exception !

 

Vendeur (se) hors pair, votre sens commercial, vos capacités d’adaptation et votre maîtrise de l’anglais face à une clientèle touristique seront les clés de votre succès pour accéder à ce poste.

 

Nous comptons sur votre ambition et votre motivation pour vous investir à 100% dans notre équipe.

 

Pour postuler, merci de nous envoyer  un CV ainsi une lettre de motivation avec photo, par mail, à l’adresse suivante : recrutement@opticiens-atol.com

 

Si vous connaissez des personnes qui pourraient être intéressées par cette offre, n’hésitez pas à leur transférer ! Faites marcher votre réseau !

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC
commenter cet article