Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue !



Bienvenue sur le site du club des anciens CQP !

Pour vous accompagner toujours plus loin dans votre vie professionnelle, nous avons décidé de créer un site à votre attention. Vous y trouverez  toute l'actualité des anciens mais aussi des conseils et des opportunités de carrière. N'hésitez pas à réagir à nos articles ! Bonne visite.

Recherche

30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 11:07

shutterstock 3009941Qui, avant d’aller à un entretien d’embauche, ne s’est pas posé la question fatidique : « et si on ne me parle pas du salaire proposé, qu’est ce que je fais ? »  En effet, parler salaire n’est pas la chose la plus simple et naturelle à faire en entretien. Pour vous aider à le faire de manière efficace et obtenir la rémunération souhaitée, le Club des Anciens CQP vous donne quelques conseils.

A quel moment aborder le sujet ?

Le sujet de la rémunération est toujours abordé à la fin de l’entretien que ce soit vous ou le recruteur qui en prenez l’initiative. Généralement, c’est l’employeur qui fera le premier pas après avoir bien analysé votre profil. Soit il vous annoncera un chiffre, soit il vous demandera quelles sont vos prétentions salariales. Il vaut mieux le laisser aborder le sujet car vous intérêt à ce qu’il dévoile ses cartes en premier. Par contre si l’employeur, n’aborde pas le sujet vous allez devoir le faire à sa place. La meilleure occasion pour en parler, c’est lorsque l’employeur vous demande à la fin de l’entretien si vous avez des questions. Demandez lui à ce moment quelle est la rémunération proposée. 

Comment aborder cette négociation ?

Pour bien réussir une négociation que ce soit avec votre employeur ou même avec un fournisseur, quelques astuces sont à utiliser.

Premier principe, vous devez être préparé. Tout simplement car cela vous permettra de ne pas être pris de cours et désemparé. Au contraire, si vous pouvez répondre du tac au tac à la question  « quelles sont prétentions salariales ? » et surtout justifier votre réponse, cela vous donnera confiance en vous et renverra à l’employeur une image d’un candidat sûr de lui, motivé et professionnel. Pour être préparé, renseignez vous sur les salaires pratiqués sur le marché de l’optique. On pourra se référer aux différentes études (I+C, hors série Bien Vu), aux annonces ou encore solliciter ses anciens collègues ou camarade de promo.  Attention, pour déterminer vos prétentions salariales, vous devez tenir compte du poste et de votre profil mais aussi d’autres éléments comme la région, la taille de la ville, la taille du magasin et de l’équipe ou encore des pratiques de l’enseigne concernée. 

Deuxième astuce, pour bien négocier, vous pouvez donner une fourchette et non un seul chiffre. Pour déterminer cette fourchette, prenez un chiffre de base et ajoutez 10-15%. Cela montre que vous êtes ouvert à la négociation et surtout vous donne plus de marge de manœuvre. A noter que dans l’optique et dans les magasins, on parle souvent de salaires mensuels bruts mais dès que vous postulerez dans de plus grosses entreprises, comme les enseignes par exemple, vous devrez vous exprimer en rémunération annuelle soit en k€ sur 12 mois.

Troisième et dernière astuce, fixer vous un plancher que vous ne voulez en aucun cas dépasser. Cela vous permettra de ne pas sortir d’un entretien déçu et surtout de ne pas faire de concessions trop rapide.

Et si la rémunération proposée n’est pas à la hauteur de mes attentes ?

Si la rémunération passe en dessous du plancher que vous vous êtes fixé ou s’en rapproche trop, vous devez être capable de rapidement analyser si certains éléments du poste compenseront cette rémunération trop faible selon vous. Cela peut être différentes choses. Par exemple, l’intérêt du poste peut compenser une rémunération faible. Un conseil : ne refusez pas un poste uniquement à cause de la rémunération. Si on vous propose de devenir Responsable Contactologie, qu’il s’agit de votre projet professionnel mais que vous n’êtes pas satisfait du salaire proposé, réfléchissez à deux fois avant de le refuser. Il faut évaluer la situation sur long terme et voir ça comme une opportunité qui vous permettra, après une année ou deux expériences, d’avoir un poste bien payé.

En tout cas, si vous baissez vos prétentions salariales, vous devez négocier des contreparties. Cela peut être des avantages sociaux comme typiquement l’obtention de tickets restaurants ou d’indemnités kilométriques. Cela peut également des éléments non matériels comme l’aménagement des horaires ou encore obtenir une réévaluation à la fin de la période d’essai ou au bout de 6 à 12 mois en fonction d’un objectif précis défini préalablement.

Vous voilà paré pour bien négocier votre salaire d’embauche. A noter que, si la négociation salariale n’est pas terminée lors de l’entretien, il ne faut pas vous affoler. Votre futur employeur peut avoir besoin d’un temps de réflexion, tout comme vous, avant de vous faire une proposition définitive

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC - dans Rémunération
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 17:36

Copie de shutterstock 55195222Demander une augmentation de salaire à son employeur est un moment délicat que l’on appréhende toujours un peu. Une multitude de questions nous viennent à l’esprit : Pas de panique ! Le Club des Anciens CQP est là pour y répondre.

 

 

Dans quels cas demander une augmentation ?

Pour demander et surtout obtenir une augmentation, il faut avoir une bonne raison qui vous permettra d’avoir des arguments en votre faveur. Deux principales raisons peuvent être retenues :

1.    Une évolution de poste qui peut se matérialiser par différentes choses : un élargissement important de vos activités, une augmentation de vos responsabilités, un changement de poste voire un changement de lieu  de travail. En général, ces changements sont dus à votre performance et à votre implication. Votre employeur vous fait confiance et cette démarche le montre clairement.

 

2.     Votre rémunération est trop faible par rapport à celle du marché de l’emploi dans le secteur de l’optique et ce à un niveau régional. Effectivement vous estimez que votre travail et votre poste ne sont pas rémunérés à leur juste valeur.

Quel est le meilleur moment pour aborder le sujet ?

Le mieux est d’aborder le sujet lorsque votre employeur vous annonce de manière formelle les changements qu’ils envisagent sur votre poste. Problème, il ne le fait pas toujours. Vous pouvez alors aborder ce sujet lors de l’entretien annuel d’évaluation qui reste la meilleure occasion : c’est un lieu d’échange ou vous pourrez discutez facilement en vous appuyant sur le bilan de votre année, sur vos objectifs et réalisations. Dans les petits magasins où l’entretien annuel n’est pas toujours mis en œuvre, n’hésitez pas à demander un rendez-vous à votre employeur en précisant que vous souhaitez aborder cette question. Dans tous les cas il est important de prévoir un entretien au calme avec votre employeur dans un lieu où vous pourrez vous isoler sans être dérangé.

Comment évaluer l’augmentation que je souhaite ?

Vous ne pouvez pas demander une augmentation à votre employeur sans avoir une idée précise du montant souhaité. Le meilleure moyen d’évaluer ce montant est de comparer votre rémunération à celle du marché (en particulier lorsque vous pensez ne pas être suffisamment payé). Pour cela n’hésitez pas à consulter notre article du mois de juin « Opticien CQP êtes vous bien payé ? » tout en l’adaptant à votre marché local. Vous pouvez également vous faire une idée auprès de vos collègues, anciens camarades de promo ou même en consultant les salaires sur les offres d’emploi.  Lors de cette évaluation, gardez en tête que vous devez rester raisonnable et cohérent par rapport à votre profil mais aussi par rapport à la santé financière du magasin. Votre interlocuteur ne vous prendra pas au sérieux si vous demandez une augmentation alors que vous savez le magasin accuse une baisse de chiffre d’affaires de 20%.  

Comment convaincre mon employeur ?

Convaincre votre employeur dans ce genre d’exercice n’est pas forcément évident c’est pourquoi vous devez bien préparer l’entretien afin d’apporter des éléments concrets et factuels à votre employeur. Evitez de parler d’éléments personnels sans rapport avec l’entreprise ou de jouer l’affectif si vous vous entendez bien avec votre employeur. Mettez plutôt en avant votre valeur ajoutée en magasin : quel votre chiffre d’affaires mensuel, quel est votre taux de transformation de devis, votre panier moyen, votre taux de casse en atelier ? Montrez que vous êtes performant, que vous générez du chiffre au magasin et surtout que vous êtes prêt à continuer dans cette lancée. Ce bilan de votre performance et vos compétences vous permettra d’avoir une démarche construite et argumentée tout en ayant un ton déterminé. La demande d’augmentation doit arriver en conclusion : « c’est pourquoi il est légitime de demander une augmentation ».

Et s’il dit non ?

Si la réponse de votre employeur est négative, veillez toujours à garder un comportement professionnel. Vous pouvez exprimer votre mécontentement sans pour autant réagir de manière trop agressive. Ne menacez pas de démissionner ou de ne plus vous donner à 100% dans votre travail, cela vous portera préjudice sur le long terme, par exemple lors de nouvelles négociations. De plus cela risquerait de détériorer l’ambiance de travail et d’être une source de conflits. Il faut plutôt essayer de trouver des solutions intermédiaires. Pour cela vous devez approfondir le plus possible sur les raisons de son refus, ce qui vous permettra de proposer des solutions alternatives. Vous pouvez, par exemple, suggérer la mise en place d’une prime en fonction de vos résultats (prime sur chiffre d’affaires ou sur votre taux de transformation de devis).

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC - dans Rémunération
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 10:05

Avoir un travail c’est bien, être bien payé c’est encore mieux. Pourtant avec la crise économique, il n’est pas évidemment de sortir son épingle du jeu. Pour mieux vous repérer, voici les trois indicateurs clés de l’année 2009 par rapport auxquels vous pouvez vous situer en tant que CQP.

 

shutterstock 49902034

1. Les salaires moyens

 

Emploi

Coefficient*

Salaires annuels moyens bruts**

Opticien CQP junior

140

23 008 €***

Opticien CQP senior

220

32 108 €***

Directeur de magasin CQP

250 à 330

39 908 €***

 

* Coefficients issus de la convention collective de la branche Optique Lunetterie

 

** Salaires mensuels bruts pour un temps plein (selon nos propres estimations, le temps plein dans le secteur de l’optique est de 38 heures hebdomadaires) sur douze mois, primes de diplômes incluses : 133 € pour le BTS, 51 € pour le CQP

 

***Attention, ces salaires correspondent à des estimations moyennes au niveau national, il peut  y avoir de fortes disparités en fonction des régions.

 

2. Les disparités en fonction des zones géographiques

 

Les salaires moyens évoqués ci-dessus sont souvent majorés dans des petites villes ou dans des régions moins attractives, car il y a logiquement moins de candidats. Deux exemples pour mieux comprendre :

 

·         Dans une ville de moins de 10 000 habitants, les salaires nationaux sont à majorer de 3 % pour estimer le salaire moyen.

 

·         De même dans une région peu attractive telle que l’Auvergne, pour obtenir un salaire moyen régional, il faut majorer le salaire national de 5 %.

 

3. Les rémunérations variables et primes

 

82 % des employeurs versent des primes exceptionnelles à leurs salariés, ce qui constitue un complément de rémunération non négligeable. Il s’agit en majorité de primes exceptionnelles liées à des événements, à la réalisation d’objectifs individuels ou d’intéressements.

 

 

Ces indicateurs, donnés à titre de référence, permettent de constater la tendance suivante : alors que les salaires des opticiens CQP juniors sont à la hausse par rapport à 2008 (+4,5%) on constate un léger repli pour les opticiens CQP seniors (-1%) et un fléchissement pour les directeurs de magasins (-1,5%).

 

Mais attention ces indicateurs, sont à analyser avec précaution car il concerne une période allant de juin 2008 à 2009.  Or au second trimestre 2009, le marché de l’emploi dans l’optique s’est clairement retourné. On constate une chute des recrutements d’environ 25% et la concurrence est de plus en plus vive avec l’arrivée de 2 136 nouveaux diplômés en juillet 2009, un record !  Les chiffres du chômage ne sont pas pour autant alarmants dans notre secteur, mais avec moins d’offres et plus de candidats il est normal que les salaires diminuent. Selon nos estimations, fin 2009  les salaires des débutants ont retrouvés leurs niveaux de 2008 alors que ceux des opticiens seniors et de directeurs de magasins se sont stabilisés.

 

Pour vous positionnez par rapport à cette analyse, vous devez tout d’abord calculer votre rémunération. Il ne s’agit pas de prendre en compte uniquement votre salaire mensuel mais d’additionner toutes les sommes que vous touchez sur une année. Rémunération des heures supplémentaires, primes individuelles et collectives, prime d’intéressement ou de PEE, treizième mois sont autant d’éléments à ajouter à votre salaire net. Votre rémunération, pour être comparée à nos indicateurs clés, doit être ramenée à un temps de travail de 38 heures hebdomadaires. D’autres éléments de rémunération dits « indirects » doivent aussi être pris en compte tels que le fait d’avoir des tickets restaurants, une mutuelle d’entreprise ou encore une voiture de fonction.

 

Une fois votre propre analyse faite, n’oubliez pas qu’un poste ne s’apprécie pas qu’au regard de la rémunération. D’autres critères sont à prendre en compte pour évaluer la qualité d’un poste. Les tâches effectuées, le niveau de responsabilité, l’accès à la formation, l’ambiance et les conditions de travail en magasin peuvent compenser un salaire faible. De plus, avant de changer d’emploi, vous devez vous demander s’il est possible de trouver mieux au niveau de votre marché local.

 

 

Sources : Enquêtes salaires 2009, institut I+C

Repost 0
Published by CQP SUP D'OPTIC - dans Rémunération
commenter cet article